Envoyer à un ami

Bilan Drone Connection - Pyrénées - Été 2019

Bilan des séjours dans les Pyrénées du 7 au 14 juillet, du 14 au 21 juillet et du 21 au 28 juillet. Voir descriptif détaillé

Bilan Drone Connection - Pyrénées - Été 2019

Bilan des séjours dans les Pyrénées du 7 au 14 juillet, du 14 au 21 juillet et du 21 au 28 juillet. Voir descriptif détaillé

Menez à bien d'incroyables projets scientifiques !
Des voyages scientifiques qui changent le monde
Des aventures hors du commun, des projets réels pour le développement durable

Introduction

L’objectif de cette session était de faire des mesures acoustiques durant les vols de différents types de drone, afin de comparer les niveaux de pollutions sonores de ces derniers. L’idée est d’étudier l’impact de vols de drone sur la faune, afin de faciliter voire de rendre tout simplement possible l’observation d’espèces animales ou d’espèces végétales sans déranger la faune locale.

Le Projet

Première semaine

Pour la première semaine les enfants ont mis en place le protocole qui sera suivi par les participants des semaines suivantes.

Après une prise en main des machines au début du séjour ils ont commencé à expérimenter diverses façons de prendre des mesures avec les appareils.

Pour les appareils sans GPS le mieux a été de placer une règle à la verticale tenue par une table et d’essayer de rester le plus possible en vol stationnaire au niveau de la hauteur voulue.

Tableau prise de son JJRC et Tiny 8X :

Pour les appareils avec GPS on se fie à la télémétrie pour les mesures. (tableau : mesure sons drone.xls et Mesure son Anafi.xls)

Tableau mesures sons drones :

Tableau mesures sons Anafi :

Les enfants ont très vite remarqué qu’il était difficile de faire des mesures à grande distance avec les appareils sans GPS et que les petites distances obtenues par télémétrie n’étaient pas très précises. Les enfants ont fait des relevés en prenant en compte ces difficultés et sans chercher à avoir toutes les distances possibles avec un seul appareil.
Il est vite apparu que pour pouvoir facilement interpréter les mesures il fallait exprimer le volume sonore en fonction du logarithme de la distance (ce qui donne de simples droites).
De cette manière l’ordonnée à l’origine nous donne le volume sonore à 1 mètre et la pente de la courbe nous renseigne sur la vitesse à laquelle le volume diminue en fonction de la distance (voir vidéo retransmission de la semaine 1).

Au cours de cette première semaine les enfants ont aussi tenté de réaliser une aile volante avec le matériel disponible. Il y a eu des soucis de compatibilités entre les hélices et les moteurs fournis, mais ça a été réglé en enroulant du papier autour de l’axe du moteur. L’ensemble fonctionnait bien d’un point de vue mécanique et électronique mais à cause d’un problème d’équilibrage il n’a pas été possible de bien faire voler l’aile pour prendre des mesures.

Deuxième semaine

Comme pour la première semaine le début a été avant tout consacré à la prise en main du matériel.

Les enfants ont très vite commencé à prendre des mesures suivant le protocole mis en place sur la première semaine. (Sons des drones 2.ods et MPHIR.ods).

Tableau mesures sons drones 2 :

MPHIR :

Lors de cette semaine beaucoup de participants avaient amenés leur propre machine. Cela nous a permis de tester les protocoles avec une grande diversité d’appareils.

Une journée a aussi été consacrée à la maintenance et la réparation des machines. Les enfants en ont profité pour monter et tester le kit F450, qui est un modèle de quadricoptère.

En fin de semaine les enfants se sont aperçus que de petites hélices produisaient moins de bruits à plus grande distance que les grandes hélices. Ils ont proposé une piste de recherche pour la suite en analysant les fréquences émises par les appareils.

Troisième semaine

Lors de cette semaine la majorité des participants partaient faire des séances de parapente. J’ai donc passé plus de temps avec le participant restant pour travailler le vol avec les machines en début de semaine.

Pour poursuivre le travail des autres semaine les enfants ont complété les mesures avec les appareils qui n’avaient pas encore étés testés (un Phantom 4 d’un participant et le F450).

Tableau des analyses sonores 3e semaine :

Ils ont ensuite entrepris de tester les fréquences émises par les appareils à leur disposition (utilisation de l’application : « Spectroid »). Une des conclusions de leur travail est que les petites hélices produisent des sons plus aigus que les grandes, ce qui explique qu’elles soient un peu plus silencieuses.

Photos sonogramme :

Sonogramme Tiny 8X

Sonogramme Anafi

Sonogramme F450

Sonogramme Phantom 4

Bilan personnel de l’éducateur

L’ensemble des séjours de juillet s’est bien passé et même lorsque j’étais seul je ne me suis pas senti en difficulté (bonne entraide entre les séjours, et les participants étaient très volontaires).

Le lieu était bien adapté à nos besoins que ce soit pour les jeux en extérieur ou pour le vol des appareils. Attention cependant il est compliqué de trouver un endroit pour utiliser des ailes volantes en sécurité (beaucoup de forêts).

Il n’a pas été facile de gérer le parapente dans nos plannings. En effet comme les séances avaient lieu en début de semaine il fallait revoir les bases du pilotage avec ces participants pour ne pas qu’il y ait trop d’écart avec les autres.

Point de vue matériel quasiment tout a été utilisé à un moment donné. Il y a eu de petites incompatibilités mais elles ont pu être réglées.

Pour ce qui est des analyses le matériel sur place était suffisant pour cette première approche mais si on souhaite continuer ce programme de recherche sonore il faudra au moins investir dans un sonomètre plus performant.
Les Tiny 8X ont bien mieux encaissé les mauvais traitements des enfants que les JJRC. En revanche leur cartes ont tendances à chauffer vite. Il ne faut pas hésiter à les laisser se reposer et faire attention si on tente un vol en extérieur avec le soleil (2 cartes ont grillé mais j’ai pu en réparer une en utilisant les composants de l’autre).

À cause de la difficulté à les manier, il n’y a pas eu de tests effectués sur les Avitrons ou sur l’aile volante. Ce serait une piste à creuser pour les prochains séjours.

Retours d'Expérience

Questions Techniques et Débats


Posez une question

A voir aussi



Nos partenaires

Voir également